La Fabuleuse Histoire du Groupe B

Quand on pense Rallye, on pense tout naturellement WRC (World Rallye Championship), Rallye de Monte-Carlo, Sébastien Loeb qui a survolé pendant 9 années consécutives ce championnat. Or, pour des quadras que nous sommes, le Rallye c’est aussi et surtout le Groupe B qui était la crème de la crème du Championnat du Monde des Rallyes dans les années 80.


Créé en 1982, le Groupe B sera définitivement abandonné par la FIA 4 ans plus tard, en 1986, à cause d’une série d’accidents mortels. C’est d’ailleurs celui du Finlandais Henri Toivonen qui se tua au volant de sa Lancia Delta S4 pendant le Tour de Corse 1986 qui mettra fin à la formidable épopée de ces machines de guerre du Rallye automobile.


Groupe B LeCatalog


Si vous avez grandit, comme certains d’entre nous à la rédac de LeCatalog, dans les années 80, vous avez forcément encore en tête les images de ces monstres de piste que furent les Peugeot 205 T16, Lancia Delta S4, Audi Quattro, Metro 6R4 ou encore Renault 5 Turbo dévalant au milieu d’une foule amassée sur les bas côtés.


Pour être homologuées, ces autos pouvant développer jusqu’à 600 CV  se devaient d’être produite à 200 exemplaires au minimum par an. Des autos donc devenues très rapidement des mythes puisque le conducteur du dimanche disposant d’un bon coup de volant pouvait affronter l’asphalte des départementales pour aller chercher le pain avec… Bien entendu, les productions commercialisées ne disposaient pas de la puissance astronomique des Groupes B ! Pour l’exemple une Renault 5 Turbo de série proposait une motorisation délivrant quelques 160 CV, quand sa cousine dédiée à la compétion voyait sa motorisation monter jusqu’à 320 CV


Aussi mythiques soient ils, ces monstres mécaniques ont (également) été une formidable épopée pour un certain nombre de pilotes devenus emblématiques de ces années de folies. On retiendra la Française Michèle Mouton qui sera la première femme à remporter un rallye du championnat du monde et qui sera Vice-Championne du monde en 1982 au volant de son Audi Quattro.


Groupe B LeCatalog


Cette catégorie sera également l’arène pour des pilotes comme Timo Salonen, Ari Vatanen ou encore Jean Ragnotti.


Bref, le Groupe B restera pour toute une génération le must du Rallye, une époque où les contraintes de sécurité étaient quasi absentes, où on pouvait envoyer du pâté sur les pistes enneigées du Monte-Carlo, celles rocailleuses du Rallye de l’Acropole ou encore sur l’asphalte du Tour de Corse


Une époque à retrouver à dans cette tribune vidéo, et en bonus pour ceux qui seraient nostalgiques du son de ces monstres du Groupe B, une seconde qu’on vous conseille de mater en poussant l’ampli à fond. Un chouette voyage de plus de 40 ans en arrière.


Arnaud Bonino






Poster un commentaire

,