Le Caban une histoire de marin, mais pas que ...

Cela ne vous a sans doute pas échappé, mais l'habillement militaire a toujours été une source d'inspiration non négligeable pour les designers. Cas parmi tant d'autres, le caban a toujours aiguisé la convoitise de ceux qui font la mode.


Royal Navy boatswain caban pea coat


Il faut en fait remontrer au xve siècle pour trouver l’origine de ce manteau. Il semblerait que ce soient les marins anglais qui adoptèrent en premier lieu, ce vêtement en laine grossière mais suffisamment chaud pour affronter les éléments.


À l'époque le manteau est réservé aux pilotes, et le langage militaire donnera une dénomination un peu barbare au caban, la P-Jacket (la veste de pilote) qui deviendra au cours des temps P-Coat puis Pea Coat (caban en Anglais).


On a réellement affaire à un manteau de protection, avec son large col et son double boutonnage permettant de porter le manteau sur tribord ou bâbords. L'épais matériau est parfois enduit de térébenthine ou de cire afin d'assurer une imperméabilité optimale aux marins.


Très en vogue chez les marins le caban va se populariser au sein des marines européennes à la vitesse d'un croiseur.


Il devient un équipement de dotation, et rentre dans la panoplie du marin.


Royal Navy Caban Pea Coat


Dés lors, on le retrouve dans toutes les marines du monde sous des formes diverses mais conçus dans un même esprit.


Caban Pea Coat Us Navy


Il faut attendre le 2nd empire pour voir débarquer sur les navires français, le caban.


Il existe pas mal de fantasme sur l'origine de ce mot, mais nous ne retiendrons que la plus vraisemblable celle qui fait allusion au mot arabe qabā qui veut dire tunique. Le caban français dispose d'un col plus étroit et se pare d'élégants boutons en cuivre.


Il ressemble d'ailleurs beaucoup à son cousin allemand par ce dernier détail. Le caban français tel que nous le connaissons aujourd'hui rentre véritablement en service au sein de la marine nationale au début du siècle. D'ailleurs, le manteau ne changera quasiment pas.


Caban marine nationale


Vous l’avez sans doute noté notre préférence va au modèle américain. Là-bas le Caban est inchangé depuis la Première Guerre Mondiale


De couleur bleu foncé profond ou noir, le Pea Coat dispose de quatre rangées de boutons en plastique et n'est officiellement fabriqué que par un fournisseur officiel : Sterlingwear.


Impossible à trouver en France ce Caban militaire a largement inspiré d'autres grands noms de la confection militaire, comme Alpha Industries ou Schott.


Comptez entre 150 et 300 € pour un modèle de bonne facture.


Pea Coat US Navy Sterlingwear


 


Pour ce qui est du modèle français, il est assez facile de trouver un exemplaire en bon état. La fin du Service Militaire, a mis sur le marché en quantité impressionnante de cet effet, d'autant qu'à l'époque de la conscription, les appelés ne conservaient pas cette pièce de leur paquetage.


Ainsi, le marché de l'occasion est au plus bas et vous ne devriez pas avoir de mal à trouver un bel exemplaire pour une cinquantaine d'euros.


Si la chose militaire vous débecte, vous pouvez vous diriger vers des marques Bretonnes comme Le Glazic ou  Armor Lux qui proposent des cabans français de grande qualité.


Caban Armor Lux


Caban Armor Lux


Caban Armor Lux


Caban Armor Lux


Caban Armor Lux


Caban Armor Lux

Commentaires

Frédéric Herbin - LeCatalog le 04/12/14
Kormo,
Dans les années 90 le caban pouvait être acheté pour une somme modique par l'appelé à la fin de son service.
S'il avait eu la chance d'être embarqué le matelot récupérait aussi sa tenue blanche.
La Royale c'était Royal !

Signé un ancien Mataf appelé à Toulon sur le P.A. Foch en 1997 ( ;-) ).
kormo le 03/12/14
Bonjour,

Rectification : le caban militaire de Royale en France faisait effectivement partie du paquetage. Il était "touché", comme disent les matafs, à l'incorporation le premier jour à Hourtin ou Lorient, et l'appelé quittait son service avec lui. Il emportait également, l'uniforme d'apparat (chaussures comprises), les vareuses et pantalons de travail, le bachi (chapeau avec son pompon !), le survêtement, deux pulls cols bateau, les chaussures de sécurité, et le gros sacs marin en toile épaisse.

Signé ancien mataf appelé à Brest en 1987.

Poster un commentaire

,